Histoire du genre

Riche en évènements et forte de nombreuses descriptions, l’histoire des Sclerocactus stricto sensu peut être rapidement brossée autour des travaux et publications de quatre botanistes, le tandem Nathaniel Lord Britton et Joseph Nelson Rose, Lyman David Benson, Kenneth D. Heil, et du naturaliste Fritz Hochstätter. Tous hommes de terrain, ils ont été les principaux « ordonnateurs » de ce genre sur près d’un siècle, depuis les années 1900 jusqu’aux années 2000.

Mais, d’abord, petit rappel, pourquoi « Sclerocactus stricto sensu » ?

Depuis plus d’une dizaine d’années et sur la base d’études phylogénétiques moléculaires des séquences d’ADN, des relations plus ou moins fortes ont pu être établies entre les cactées du genre Sclerocactus et celles des genres Toumeya, Echinomastus, Ancistrocactus. Parmi les travaux les plus connus se trouvent ceux des botanistes Kenneth D. Heil et J. Mark Porter, et notamment celui intitulé « Relationships between Sclerocactus and Toumeya (Cactaceae) based in chloroplast trnL-F sequences » (Haseltonia 7 :8-23, 2000).

Les informations provenant de ces séquences d’ADN apportent aux botanistes des données nouvelles et complémentaires, propres parfois à modifier quelques-unes des classifications pourtant établies de longue date par la botanique traditionnelle. A noter qu’un petit article paru sur ce thème dans la revue Bradleya (20/2002), intitulé « DNA sequences and cactus classification – a short review », demeure encore très intéressant à lire. Il reste que ces modifications peuvent être diversement appréciées et acceptées. Pour un certain nombre de botanistes, « lumpers » partisans d’un genre au sens large du terme, le genre Sclerocactus doit désormais englober ces « anciens » genres Toumeya, Echinomastus, Ancistrocactus, amalgame que refusent d’autres botanistes, « splitters » gardiens d’un genre au sens étroit du terme.

Au-delà de ces divergences qui complexifient étude et connaissance du genre et pour être le plus clair possible dans ce déroulé historique, nous nous en tiendrons à une définition du genre au sens étroit du terme que nous appellerons Sclerocactus stricto sensu (voir chapitre précédent “Pour aller à l’essentiel… avant d’en savoir plus“). Sur la base de la nomenclature de David Hunt (The New Cactus Lexicon, 2006), nous nous intéressons aux espèces suivantes : glaucus, mesae-verdae, nyensis, parviflorus, parviflorus sous-espèce (ssp.) havasupaiensis, parviflorus ssp. terrae-canyonae, polyancistrus, pubispinus, spinosior, spinosior ssp. blainei, whipplei, whipplei ssp. heili (appelée aussi Sclerocactus cloverae), wrightiae. Et, hors nomenclature de David Hunt, nous nous intéressons aussi aux espèces brevispinus, wetlandicus et sileri.

Nathaniel Lord Britton et Joseph Nelson Rose (période 1922-1950)

Lyman D. Benson (période 1950-1980)

Fritz Hochstätter (période 1980-2000)

Kennet D. Heil (période 1990-2010)

Une nomenclature en refondation (période 2010-2016) 

Sclerocactus stricto sensu et noms vernaculaires)

ScleroAventSignet02