Sclerocactus pubispinus, Snake Range, Nevada

La photographie ci-dessous a été prise le 6 mai 2013 le long de la Snake Range road, une piste en terre battue qui serpente au pied du versant sud de la petite chaîne montagneuse du même nom. Une piste peu empierrée et sinueuse avant de devenir plus difficile pour tous les véhicules à moteur dès que sont abordées les premières pentes. On est au Nevada, à moins de 10 kms de la frontière avec l’Utah, entre 1780 et 1800 m d’altitude. Pubispinus0931-2011

Ce Sclerocactus pubispinus photographié est un spécimen tout juste adulte. La tige ne porte encore que des épines centrales et radiales toutes de couleur blanche. Au state adulte, ces épines centrales sont au nombre total de quatre à six. A l’exception de l’une d’entre elle, elles sont terminées par une pointe crochue et prennent progressivement avec le temps une couleur brune à rougeâtre. Sont concernées par cette modification de couleur les deux (ou quatre) épines centrales latérales, longues de 1 à 3 cm, ainsi que l’épine centrale érigée perpendiculairement à la tige. Cette dernière est la plus longue de toutes et peut atteindre 6 cm. Elle a une pointe crochue et peut montrer une couleur plus foncée que celle des autres centrales, presque noire parfois sur les spécimens les plus âgés (voir la page Sclerocactus pubispinus, Baker, Nevada).

Pubispinus0934-2011La seule épine centrale à conserver sa couleur initiale blanche, avec une pointe parfois brunâtre, est celle qui est la plus érigée et pointe toujours vers le sommet de la tige, en direction de l’apex. C’est une épine qui se distingue nettement des autres. A la différence des autres épines centrales qui sont de section ronde, cette épine blanche montre une section aplatie large de 2 à 2,5 millimètres. Les épines radiales, de couleur blanche comme celles que l’on observe sur la photographie, sont au nombre habituellement de 6 à 8, parfois 11 sur les spécimens les plus âgés.

La rencontre avec ces spécimens ce 6 mai 2013 a été une petite surprise, car je n’imaginais pas trouver des pubispinus installés et prospérer dans un sol aussi brassé et bouleversé que celui-ci. Il y avait là autant de spécimens matures que juvéniles. Les photographies prises à cet endroit tentent de restituer l’aspect très surprenant montré par ce mélange terreux. D’une manière générale, j’aime à photographier ces cactées dans leur entier afin qu’il soit aussi possible d’apprécier la matière du sol sur laquelle elles se trouvent. La photographie ci-dessous montre encore mieux le “pudding” constitué d’alluvions diverses dans lequel étaient installées ces cactées. Une terre encombrée de débris rocheux de toute taille, une terre crevassée par les pluies et sans doute aussi par la fonte des neiges. Mais si on élimine les débris de roches d’une poignée de cette terre prise tout à côté d’un spécimen, on a tôt fait de constater la légèreté et la finesse parfois extrêmes de ce substrat. Pubispinus0854-2011

ScleroAventSignet02

Sclerocactus pubispinus

Sclerocactus pubispinus présente habituellement une tige solitaire globulaire déprimée (spécimens jeunes), puis ovoïde à semi-cylindrique, de couleur vert clair. Les épines, au nombre total de 10 à 15 par aréole, ne masquent pas la tige. On observe 4 à 6 épines centrales de couleur variable, brune à rougeâtre ou blanchâtre, ne dépassant pas 5 à 6 cm de long, dont 1 épine centrale à section plate large de 2 à 2,5 mm, pointant vers l’apex, blanche à pointe parfois brunâtre, 2 épines centrales latérales à pointe crochue, de 1 à 3 cm de long, et 1 épine centrale érigée perpendiculairement à la tige, longue de 3 à 6 cm, également à pointe crochue. On compte 6 à 8 radiales blanches, pouvant aller jusqu’à 11 sur les spécimens âgés et dont la longueur ne dépasse pas 3,5 cm. Ppubispinus0966-2011-Baker

Pubispinus0873-2011-Silver-CreekLes fleurs, de couleur crème à jaune bronze, sont diurnes, apicales, de forme évasée à campanulée. Les fruits comportant quelques écailles, de forme ovoïde jusqu’à 3 cm de long, passent du vert rosé à ocre à maturité en se desséchant avec déhiscence. La floraison dans son habitat s’étale d’avril à mai.

Au stade adulte, on peut différencier S. pubispinus de S. spinosior ssp. spinosior grâce à ses épines centrales (celle perpendiculaire à la tige et les deux latérales) à pointe crochue en hameçon. S. spinosior ssp. spinosior montre trois épines centrales dont une seule, érigée vers le bas de la tige, dispose d’une pointe en hameçon. Pubispinus0100-2013-Silver-CreekLes fleurs de S. pubispinus sont habituellement de couleur jaune à bronze alors que celles de S. spinosior ssp. spinosior sont rose-crème à pourpre. À la différence de spinosior ssp. spinosior, l’espèce pubispinus semble ne présenter que très peu de différences entre les populations des différents sites se succédant depuis les environs de Wendover jusqu’au sud de Baker, Nevada. Tout au plus peut-on remarquer une coloration plus sombre des épines sur les spécimens nordiques. Sur toute son aire de répartition, l’espèce pubispinus reste caractérisée par des spécimens adultes de plus petite taille que les spinosior ssp. spinosior (G. Haslinger, Cactaceae-Review IRT 4(2)2001).

Dia-Epines-pubispinus2

Pour une description plus complète et technique, on pourra se rendre sur le site de Flora of North America.

ScleroAventSignet02

Sclerocactus pubispinus, Baker, Nevada

Sur cette page, les photographies de l’un des plus gros (et sans doute l’un des plus âgés) spécimens de Sclerocactus pubispinus observés lors de nos voyages, prises le 26 avril 2013 dans les environs de Baker au Nevada. Baker est un hameau de quelques maisons à partir duquel on accède au Parc National du Grand Bassin (Great Basin N. P.). Un parc qui, dans l’environnement du pic Wheeler (3982 m, second plus haut sommet du Nevada après le pic Boundary, 4007 m, situé dans les White Mountains) abrite et protège une merveille végétale : le pin de Bristlecone.

Aux alentours de Baker, entre 1600 et 1800 m d’altitude le long de la route 487, il n’est pas trop difficile de rencontrer des spécimens de pubispinus de toute taille. Mais les spécimens âgés et de belle taille restent rares. Celui-ci se trouvait, solitaire, sur une sorte de petite plateforme en bordure de la piste de Silver Creek conduisant au grand domaine boisé de la forêt de Humboldt Toiyabe.

Pubispinus0114-2013

Il avait plu durant la nuit et cette piste était encore bien humide tout comme le sol plutôt souple et légèrement empierré où nous menions nos recherches. Le ciel lavé de toutes ses impuretés laissait voir au loin les plus hauts sommets de la Snake Range, les pics Wheeler, Baker et Pyramid. C’était une photographie qu’il ne fallait pas rater : un spécimen de 11 cm de diamètre de tige hors épines, haut de 8 cm toujours hors épines, dans un décor d’arrière-plan majestueux culminant à près de 4000 m ! Pubispinus0080-2013

RepartPubispin01Sclerocactus pubispinus est une espèce endémique du Nevada et de l’Utah. On la rencontre au Nevada le long de la frontière avec l’Utah, au niveau des comtés de White Pine et de Lincoln. C’est dans les environs de Baker que la présence de cette espèce serait la plus importante. Cet habitat concerne notamment les zones basses en dessous de 1950/2000 m du Great Basin National Park. En Utah, S. pubispinus se rencontre depuis le nord de Wendover (Lucin) jusque dans le secteur de Lund et Modena (comtés de Box Elder, Tooele, Juab, Millard, Beaver et Iron). S. pubispinus affectionne les sols souples, calcaires, empierrés, sur des terrains faiblement vallonnés herbacés et dans des environnements de pins et de genévriers, Pinus edulis et Juniperus osteosperma, de 1400 à 2200 m d’altitude.

pubispinus-0112-2013

ScleroAventSignet02